Accueil
 
 
 
 

Rencontres sélectives pour la FDSEA Cantal

Les communistes Cantaliens ont appris dans les colonnes du quotidien « La Montagne » que le syndicat agricole majoritaire FDSEA Cantal organisait une série de rencontres avec les candidats aux législatives. C'est avec étonnement, qu'ils ont découvert que les candidats PCF/MRC sur les 2 circonscriptions du Cantal n'ont pas été contacté par la centrale syndicale.

Par quel processus, peut on se permettre de catégoriser les candidats aux législatives entre les soit disant « petits » ou « grands » ?

Le groupe des députés communistes et du Front de Gauche à l'Assemblée Nationale et au Sénat, n'ont eu pourtant de cesse de proposer des projets de lois concrets pour la défense du monde agricole (prix plancher au producteur, encadrement des marges de la grande distribution, lutte contre le CETA et le TAFTA...). Ils ont été un relai, un « porte voix » constant des territoires, de leurs habitants et des paysans durant tout ce quinquennat.

De plus, André CHASSAIGNE, président du groupe PCF/FdG à l'Assemblée Nationale, a dernièrement proposé une loi pour augmenter le montant des retraites agricoles, votée à l'unanimité en commission. Il est d'ailleurs venu la défendre à Allanche en mars dernier devant de nombreux d'agriculteurs du Nord du département.

Dans le Cantal, le PCF, leurs élus et leurs candidats n'ont pourtant pas de preuve à donner :

Jean François BARRIER, candidat sur la 1ère circonscription du Cantal, répondait ce matin même à une invitation de la Confédération Paysanne à Maurs puis à celle du MODEF la semaine prochaine. Il est présent et actif chaque année à la vente de lait annuelle solidaire dans les quartiers populaires organisée par la section d'Aurillac du PCF.

François BOISSET, candidat sur la 2nde circonscription, maire de Riom es Montagnes, permet et encourage avec son équipe municipale, la tenue de concours agricoles dans sa commune pour valoriser l'agriculture cantalienne.

Le monopole de la défense de l'agriculture et des territoires n'est pas seulement réservé à celles et ceux qui se confortent dans une agriculture productiviste, éloignée de sa notion primaire qui est celle de nourrir l'humanité en contribuant au développement économique des territoires ainsi qu'à la protection de l'environnement. Certains à gauche, dont les communistes, réfléchissent à de nouveaux modes de développement et de production, familial, paysan, pour le bien commun.

Avec la main tendue, ouverts au débat, les communistes du Cantal continuerons de porter la nécessité d'une agriculture paysanne, à taille humaine répondant à d'autres logiques que celles du profit et de la compétitivité.

Une agriculture nourricière et rémunérant dignement le travail paysan avec des objectifs sanitaires, alimentaires et environnementaux.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.