Accueil
 
 
 
 

Dans le Cantal, le téléphone pleure

Le téléphone fixe dans le Cantal génère des pannes à répétition de plusieurs jours, voir semaines au point de remettre en cause le service universel « de base » pour tous les habitants du Cantal : le droit d’accès au téléphone fixe. Cela peut surprendre à l’heure de la fibre optique et du haut débit mais ce réseau souffre d’une insuffisance d’entretien de son réseau cuivre par l’entreprise Orange, héritière « clé en main » de l’opérateur historique France Télécom. Réseau insuffisamment entretenu qui fragilise celles et ceux qui en ont besoin : sécurité sanitaire des personnes isolées, notamment âgées, équilibre économique d’entreprises dont l’activité implique en particulier l’accès à internet par l’ADSL, accessible par le téléphone fixe (hôtellerie-restauration, artisans, voire agriculteurs pour maintes déclarations administratives…)

Confrontée à l’exaspération des populations et au mépris de l’opérateur Orange, l’Association des Maires de France du Cantal exprime son ras le bol ce Mercredi 10 Octobre 2018 à Laveissière. Les communistes Cantaliens se félicitent de cette mobilisation et y voient des possibilités de convergences fortes :

1) Le refus que les Cantaliens soient, encore une fois, pris pour des habitants de seconde zone. Exigeons ensemble l'égalité des territoires et des citoyens

2) La réelle mise en œuvre de la proposition de loi Chassaigne du 7 Mai 2015 donnant pouvoir de substitution aux maires en tant qu’agents de l’Etat en cas de défaut d’entretien de l’opérateur Orange mais également prévoyant des sanctions importantes à l’encontre du prestataire défaillant

3) Que l’exigence grandissante d’aménager le territoire n’est pas compatible avec les politiques libérales actuelles de transfert de compétences du public au privé. On ne peut pas d’un côté répondre à l’exigence de rentabilité des actionnaires de ces entreprises privées et répondre aux besoins des populations

4) La télécommunication en est un exemple, l’énergie un autre et bientôt le transport ferroviaire : nos départements ruraux ont besoin de politiques publiques ambitieuses d’aménagement du territoire. Il est grand temps de réfléchir et construire un réel service public des communications du 21ième siècle prenant en compte l'évolution des techniques et les besoins des populations

La Fédération du Cantal du PCF, ses élus, ses militants seront de toutes les mobilisations pour l’avenir des territoires ruraux et de ses habitants refusant les politiques libérales qui déménagent et fragilisent les services publics et donc nos ruralités.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.