Accueil
 
 
 
 

Fermeture de l’AFPA AURILLAC : il ne suffira pas de traverser la rue !

Depuis quelques jours, nous apprenons les annonces de fermeture en cascade des centres AFPA (Agence pour la formation professionnelle des adultes) conséquence d'un plan de réorganisation national. Aujourd’hui, en Auvergne-Rhône-Alpes, cinq centres AFPA vont fermer d’ici à 2020 dont celui d'AURILLAC. Ce sacrifice engendre la suppression de plusieurs centaines de postes (8 dans la préfecture Cantalienne), la fin de l’équité de l’offre de formation sur notre territoire et la disparition pure et simple de l’offre dans les zones excentrées. 

 

A l’heure où les entreprises peinent à recruter, la mise à mort de ces centres, qui forment à des métiers qualifiants répondant aux besoins en emplois, est totalement incohérente et inacceptable.

 

L'AFPA dispose de formateurs compétents, d'un savoir faire, d'une relation forte avec le territoire et les entreprises, avec des outils performants. Son taux de retour à l'emploi à été jugé élevé selon un récent audit. Si l'AFPA à Aurillac ferme : quelle offre de formations aurons nous dans le Cantal ?Il ne suffira pas de traverser la rue pour se former ou trouver un emploi. Nous ne concevons pas la formation professionnelle et continue comme un bien exploitable soumis aux lois de la concurrence et du marché mais comme un outil public au service des citoyens, qui se doit d’être fort et accessible à tous, partout sur notre territoire.

 

Les élus communistes du Conseil Régional d'Auvergne Rhone Alpes ont adressé une lettre ouverte à Laurent WAUQUIEZ, président de Région afin d'exiger un plan d'urgence et des moyens pour les centres AFPA en Auvergne-Rhône-Alpes. Ces mêmes élus PCF, ont proposé, lors de chaque vote du budget de la collectivité, de réserver plusieurs millions d’euros pour le soutien de ces structures et ils l'ont encore fait dernièrement, à l’occasion de la présentation de la nouvelle politique régionale en matière de formation professionnelle en Assemblée Plénière du 11 et 12 octobre 2018.

 

Comme Laurent WAUQUIEZ le fait depuis maintenant 3 ans, il a balayé d’un revers de la main ces propositions et a réalisé une économie de 125 millions d’euros, depuis 3 ans, sur le dos des demandeurs d’emplois, des jeunes apprentis, des publics précaires, fragilisés et peu mobiles, en réduisant drastiquement l’offre de formation financée par la Région. La méthode est bien rodée : la Région organise minutieusement un véritable sacrifice du service public régional sur l’autel des saintes économies de fonctionnement afin d’obtenir les compliments des agences de notation. 

 

Laurent WAUQUIEZ se targue de défendre les territoires ruraux, mais ce sont justement dans ceux-ci que les fermetures sont annoncées :cette politique divise et oppose les territoires.

 

Nous avons besoin d’un service public de la formation professionnelle puissant pour apporter une réponse qui ne soit pas celle du marché face aux immenses défis que doit relever notre pays et pour accompagner au mieux celles et ceux qui veulent se former. Dans ce système, l'AFPA doit jouer pleinement son rôle. 

 

Pour toutes les femmes et les hommes qui vivent, se forment et travaillent dans le Cantal, il faut en finir avec ce massacre.C’est aujourd’hui, un plan d’urgence que nous exigeons, un soutien financier et le gel de toutes décisions de fermeture des sites concernés.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.