Accueil
 
 
 
 

Référendum ADP - Lettre aux maires du Cantal

Aurillac, le 22 juillet 2019 

 

Madame, Monsieur, 

 

La privatisation d'Aéroport de Paris (ADP) où l'Etat est actionnaire à hauteur de 50,6% a été́ votée par la loi Pacte au printemps 2019. Outre ADP, elle prévoit aussi la vente d’ENGIE et de la Française des Jeux. Ils rapportent à eux trois 800 millions d'euros par an à l'Etat. 

Nous considérons cela comme une triple aberration. Stratégique d'abord puisqu'ADP est la première frontière de notre pays ainsi que la première entreprise aéroportuaire mondiale. Economique ensuite, ADP dégageant de forts bénéfices et les compagnies aériennes craignant une augmentation des prix des billets. Enfin et surtout : territoriale. 

En effet, cette décision n'est pas seulement une affaire parisienne : elle soulève une question beaucoup plus globale sur le devenir de tous nos biens communs que cela soit avec la vente progressive de nos fleurons nationaux (autoroutes, industries, barrages...) ou sur nos services publics qui voient chaque joue un peu plus l'Etat se désengager et laisser nos collectivités seules sans moyens supplémentaires, face aux populations et aux besoins grandissant. 

 

Nous en avons tous les jours la démonstration dans nos communes : depuis plus de 30 ans la puissance publique se désengage de ses prérogatives d'aménagement du territoire, laissant par arguments économiques des vides territoriaux induisant des baisses démographiques en lien à la perte de ses emplois publics. 

Nous, élus locaux, le voyons encore aujourd'hui avec la nouvelle carte Cantalienne des centres de Finances Publiques où il sera laissé au soin de nos collectivités de gérer des Maisons de Service au Public sans moyens financiers et humains conséquents. 

 

Pour la première fois dans l'histoire une procédure de RIP (Référendum d’Initiative Partagée) a été́ lancée contre la privatisation d'ADP par 218 parlementaires. Le RIP est une disposition prévue par l’article 11 de la constitution permettant l'organisation d’une consultation populaire sur une proposition de loi "à l’initiative d’un cinquième des membres du Parlement, soutenue par un dixième des électeurs". 

 

La collecte des signatures a été́ lancée le 15 juin dernier sur le site : https://www.referendum.interieur.gouv.fr : d’ici au 12 mars 2020, cette pétition devra recueillir la signature d’au moins 10% du corps électoral, soit 4 717 396 de personnes inscrites sur les listes électorales (chaque signature doit être validée par le Conseil d’État) 

Nous le savons, l'Etat n'emploie pas tous les moyens à sa disposition pour faciliter l'expression démocratique de tous nos concitoyens, nous le condamnons. 

 

Ce faisant, nous demandons aux maires du département de mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour pouvoir organiser cette consultation dans leur commune, en mettant par exemple un ordinateur en libre-service dans les mairies avec une assistance à la saisie quand cela est possible. 

Face à ce sujet d'importance nationale, les Cantaliens et Cantaliennes doivent pouvoir s'exprimer librement et ainsi placer au cœur du débat politique la question de la maîtrise publique pour répondre aux besoins sociaux et écologiques. 

Certain du meilleur accueil que vous ferrez à cette démarche, veuillez recevoir mes salutations républicaines. 

 

Sébastien PRAT 

Secrétaire départemental du PCF Cantal 

Conseiller municipal d’Aurillac 

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.