Accueil
 
 

05 déc.10:30
 

POINT FIXE DU PCF : Avenue MILHAUD - AURILLAC 

 

Le 5 Décembre dans la rue puis tous ensemble pour porter l'alternative 

 

Depuis son élection, le président des riches et sa majorité n’ont cessé d’aggraver les inégalités, d’accroître la pauvreté pour soutenir les profits et financer les cadeaux fiscaux aux prétendus premiers de cordée. Les tentatives de division d’Emmanuel Macron, notamment en utilisant l’immigration, l’islam et la laïcité, sont extrêmement dangereuses : elles fracturent encore plus notre pays et stigmatisent toute une partie de la population. Mais elles n’enlèvent rien à la colère sociale qui monte dans le pays. 

 

Les mobilisations récentes, à la SNCF, pour l’hôpital, les nombreuses luttes, sur tout le territoire, pour le maintien et le développement des services publics, pour l’emploi et la protection sociale, les marches pour le climat, les initiatives pour la solidarité avec les plus fragiles, contre toutes les formes de racismes, font la démonstration d’un très fort potentiel populaire et citoyen pour riposter et choisir une autre direction répondant aux enjeux sociaux, environnementaux et démocratiques. Nous devons répondre à ces exigences. Nous voulons obtenir une victoire sur le pouvoir et le grand patronat. Nous voulons une France unie, rassemblée, qui respecte chacun de nos concitoyens et permettant à toutes et à tous d’avoir droit au bonheur et à la dignité

 

La question des retraites est centrale. Elle donne un sens à notre société, à la solidarité entre générations, à l'épanouissement de chacune et chacun, au-delà du travail. Quelles qu'en en soient les variantes, la réforme Macron-Delevoye constitue l’affrontement du capital financier prédateur avec toute la société. Elle aurait pour conséquences un allongement de la durée de vie passée au travail ou au chômage, une baisse du niveau des pensions pour le plus grand nombre, un hold-up sur les plus belles années à la retraite, celles en bonne santé, et une mise en concurrence des salariés et des générations. Avec cette réforme, on saurait combien on verse, mais pas quelle pension on toucherait. La valeur du point, clé de voûte du système, pourrait être modifiée chaque année par un aréopage technocratique. Et elle figerait arbitrairement les dépenses pour le système public de retraites à 14% du PIB. 

 

C’est un véritable projet de société qui est en débat : es communistes proposent une réforme progressiste des retraites permettant une nouvelle innovation sociale et démocratique, une réforme du 21ème siècle garantissant un système de retraite solidaire, le départ à la retraite dès 55 ans ou 60 ans selon la pénibilité des métiers, garantissant un niveau de pension qui ne doit pas être inférieur au SMIC. Ce projet de réforme s’appuie sur un financement révolutionnaire, faisant contribuer le capital, s’appuyant sur une modulation des cotisations sociales pour favoriser la création d’emplois durables et la création de richesses respectant les salariés et l’environnement. 

 

Les communistes souhaitent mettre ces propositions en débat dans tout le pays, dans le monde du travail, auprès de la jeunesse. Ils demandent au gouvernement de les mettre à l’étude. Ils le soumettent également aux forces syndicales et aux forces de gauche et écologistes. C’est en faisant grandir la crédibilité d’une autre réforme que nous serons plus fort pour faire reculer le projet de ce gouvernement.

 

Dans cet esprit, la Fédération du Cantal du PCF appelle à se mobiliser et à contribuer au succès de la journée du 5 décembre à l’appel des organisations syndicales à 9h30, place des Carmes à AURILLAC.

 

Avec l’objectif de construire rapidement des convergences sur des contenus forts, le PCF prend l’initiative d’une rencontre publique sur les propositions alternatives, le 11 décembre, à la Bourse du travail de Saint-Denis, entre les forces de gauche et syndicales.