Accueil
 
 
 
 

Fermeture des écoles JB Veyre et Marmiers

Communiqué commun PCF et ADECR Cantal

 

A la rentrée 2016, la maternelle de Jean-Baptiste Veyre et l’école de Marmiers fermeront leurs portes. Cette décision prise par le maire d’Aurillac, Pierre MATHONIER, fait suite à l’annonce de l’inspection d’académie de supprimer 21 postes sur quatre ans dans les écoles Aurillacoises. La fermeture de ces deux écoles permettrait de « réduire » le nombre de suppression de postes à 11 en quatre ans. Cette annonce a suscitée une émotion et de vives réactions ces dernières semaines qu’il faut entendre et comprendre.

Dans un premier temps, les communistes tiennent à ne faire aucun amalgame entre ce qui relève du rôle de l’Education Nationale et celui de la municipalité Aurillacoise.
Comme chacun sait, les restrictions budgétaires publiques, mises en route par le gouvernement, taillent dans le dur les budgets de l’Etat et celui de l’Education Nationale n’y échappe pas. Moins de moyens pour fonctionner, c’est moins d’enseignants dans les classes et donc un système éducatif qui forme moins bien nos enfants.
Notre département est dans une situation gelée. Pour ouvrir des postes dans des communes rurales, il faut en supprimer à Aurillac.
Cet état de fait ne nous convient pas ! Il est inacceptable de brader l’éducation des générations futures pour raisons économiques ! Allons chercher l’argent là où il se trouve et donnons des moyens à l’école républicaine pour une éducation digne de ce nom sur tout le territoire.

Pour autant, toutes ces conditions auraient pu être expliquées au plus grand nombre si l’équipe municipale et M.MATHONIER avaient adopté d’autres méthodes de travail sur ce dossier.
En effet, les militants et élus communistes Aurillacois ont rencontré des enseignants et des parents d’élèves. Ils étaient sincèrement prêts à réfléchir à toutes les possibilités si on les avait mieux associés au dossier avec toutes les informations adéquates. Des vices de procédures ont été rapportés. Le CHSCT n’a pas été consulté pour les fermetures de postes et le déplacement des enseignants alors que c’est une obligation légale. Il en est de même pour les personnels municipaux (ATSEM…).
Les temps changent, des choses bougent. Les élus ne peuvent plus décider à eux seuls ce qui est bon pour leurs concitoyens. L’action politique doit se faire en concertation totale avec les acteurs principaux ! Les écarter, comme ce fut le cas ici, n’amène que de l’incompréhension et une information erronée pour le plus grand nombre.

Enfin, l’annonce de la fermeture de l’école de Marmiers retient notre attention pour deux choses.
La première est qu’elle accueille des enfants de migrants qui, pour certains d’entre eux, doivent faire l’apprentissage du Français. Quand on sait que l’enseignante occupant le poste CLIN (Classe d’Intégration pour Non Francophone) est en burn-out parce que ça fait douze ans qu’elle exerce cette profession, c’est qu’il n’y a pas assez de postes pour s’occuper de cette CLIN. Nous nous félicitons qu’un deuxième poste CLIN soit crée.
La seconde est que dans le quartier le plus en difficulté de notre ville, l’existence d’une école est un liant, une présence républicaine pour la population et ces familles en difficultés

Aujourd’hui, il y a un sentiment général de désespérance envers la politique gouvernementale qui s’attaque toujours aux plus faibles par lâcheté de s’attaquer aux plus aisés. La fermeture de ces deux écoles ne fera qu’exacerber ce sentiment chez ces hommes et ces femmes les plus en difficultés.

La Fédération du PCF Cantal et les élus communistes Aurillacois soutiennent le mouvement citoyen, les parents d’élèves et les personnels en lutte pour la défense d’une école républicaine sur tout le territoire.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.