Accueil
 
 
 
 

Voeux 2016 du MJCF Cantal

 

L’année 2015 a été marqué par deux événements tragiques. La France, la République ont été attaqué au cœur par la terreur et la barbarie.

Les attentats du 13 Novembre dernier ont particulièrement ému notre génération car ils ont touché nos endroits de vie, d’amusement. Les bars, les salles de concert où nous aimons nous évadez et partagez de bons moments tous ensemble, loin des tracas quotidiens. Toucher à cela, c’est toucher à nos seuls moments de vie.
Confronté à ces 2 événements, le peuple de France a su répondre par les valeurs de la République, liberté, égalité, fraternité mais aussi laïcité. Ensemble, nous avons su faire preuve d’unité quand le contexte le demandait. Ensemble, nous avons su rester dignes en nous rassemblant, nombreux et en ne faisant aucun raccourcis, amalgames ou stigmatisations.

Ce qui n’a absolument pas été le cas de certains responsables politiques d’extrême droite ou de droite extrême, qui faisant fi du besoin ô combien important d’unité dans cette période trouble, ont préféré souffler sur les braises de la peur. Parmi eux, un tout nouveau président de région…

L’année 2015 a été aussi celle des reculs pour la jeunesse. Casse de l’université publique, casse de l’école publique et de nos formations, moins de budget pour se former, pour étudier, accès à l’emploi embué, chômage en hausse, bref avenir bouché et une année de plus où l’austérité s’abat comme une massue sur nous.

On ouvre les vannes du travail du dimanche. Le dimanche ce sont les précaires qui travaillent parce ce qu’ils n’arrivent pas à gagner suffisamment la semaine. Et les précaires se sont très souvent les étudiants pour payer leurs études. Ne nous étonnons pas dès lors que l’échec scolaire et universitaire progresse. Les temps partiels, les bas salaires et les sans emplois sont légions dans notre génération et surtout dans notre département où la pauvreté s’installe…

Résolution 2016, le gouvernement nous sort du chapeau la prime d’activité qui doit entrer en vigueur d’ici la fin du mois. Prime délivrée aux seuls jeunes de 18 à 25 ans qui ne sont pas recevable au RSA, prime sous condition d’un salaire de 570 et 1 360 euros net. Cela fait beaucoup de conditions…

Tout calcul fait, seuls 300.000 jeunes pourront bénéficier de cette aide…

Et puis, depuis quand est ce au contribuable et à l’Etat de payer ce que notre patron ne veut pas nous donner !

Le réel problème des bas revenus est bien la question du montant du salaire versé à la fin du mois. Nous ne voulons pas d’une énième aide, nous voulons mener le combat pour une grande politique de l’emploi en France !

Nous voulons un salaire décent pour vivre et les Jeunes communistes du Cantal veulent remettre cette question là au centre du débat en 2016.

Le gouvernement prétend faciliter notre condition de vie en nous octroyant cette prime mais il oublie de dire qu’un décret a été voté pour modifier, dès janvier 2016, la règle de calcul du droit aux APL des jeunes de moins de 25 exerçant une activité précaire (CDD et Intérim...) et peu rémunératrice… Et cette mesure en revanche, toucherait énormément de jeunes !

On déshabille Paul pour habiller Jacques, on met des pansements là où ca saigne mais on ne règle absolument pas le fond du problème… C’est tout le corps qui est malade et frappé par l’argent roi, l’austérité, la domination des actionnaires et de la finance qui sclérose nos choix politiques nationaux et européens et qui ne donnent pas d’avenir à notre génération.

Sauf que cet oubli de notre génération, cette volonté de ne pas s’occuper des jeunes, avenir de la France et de nos territoires pousse certains d’entre nous vers l’abstention lorsque les échéances électorales approchent. Déjà désabusés par leur condition, les jeunes en grande majorité ne prennent même plus la peine d’aller voter

Certains même votent Front National et massivement d’ailleurs. 30 à 35% pour les 18/24 ans et entre 34 à 41% pour les 24/35 ans. Alors vote sanction ou vote d’adhésion ? Il n’en reste pas moins que ce parti progresse dans notre génération d’élections en élection.

Nous, jeunes communistes, mettons en garde sur ce qu’apporte réellement ce parti d’extrême droite. Il amène encore plus de divisions et de haine à l’heure où notre pays a besoin d’unité, de se rassembler derrière les valeurs qui sont les siennes. Il divise continuellement notre peuple chômeurs contre travailleurs, sans papiers et immigrés contre français de « souche », place la femme dans un carcan, s’oppose à la culture pour tous et aux associations… Et bizarrement ne parle pas d’austérité, ni de répartition des richesses… Le FN n’est pas anti système, il est la garde avancée du capital.

Poursuivre les thèses du Front National comme certains font s’est s’enfoncer dans des sables mouvant.

C’est alimenter le « tous pourris » et entrainer donc une résignation de plus en plus forte, une désespérance, « rien ne changera jamais quoi que l’on fasse »… 

Face à cette situation dramatique, les Jeunes communistes Cantaliens ne restent pas les bras ballants. Comme nous le faisons depuis longtemps à la rencontre des jeunes partout et tout le temps, nous passons encore une fois à l’action mais de manière plus forte encore.

Nous voulons que la jeunesse relève la tête, croit à son avenir.

Pour cela, en 2016 nous voulons montrer que notre quotidien relève de choix politiques et que bouder la politique n’empêche pas les choses de se faire. Car les choses se font et avancent avec ou sans nous. Nous voulons faire prendre conscience que d’autre choix sont possibles, d’autres choix qui devront se faire avec les jeunes !

Lors des différentes élections (législatives, municipales, départementales et plus récemment régionales), les JC du Cantal ont été force de propositions pour notre territoire. Nous en sommes d’ailleurs fiers car nous avons été les seuls à le faire. Etablir un projet concret à chaque élection, les porter avec nos candidats jeunes et les diffuser massivement aux jeunes Cantaliens. 

En 2016, il en maintenant temps de faire le point. A Aurillac et dans les communes du Cantal, à la CABA, au Conseil Départemental, au Conseil Régional à l’Assemblée Nationale ou au Sénat qu’est ce qui a été fait pour répondre aux besoins des jeunes du Cantal ?

En fonction des compétences de chaque échelon territorial, qu’est ce que nos élus ont entrepris pour faire bouger les lignes et faire que la jeunesse ne soit pas seulement un thème à l’approche des élections mais bien un vecteur pour préparer l’avenir du Cantal ?

En 2016, le MJCF du Cantal souhaite rencontrer les élus de notre département du Cantal pour échanger avec eux. Sans sectarisme aucun mais avec nos convictions et nos idées, nous voulons faire avancer notre territoire.

S’ils acceptent nous rencontrerons donc nos députés Alain CALMETTE et Alain MARLEIX, nos sénateurs Jacques MEZARD et Bernard DELCROS. Vincent DESCOEURS et les élus départementaux, Pierre MATHONIER, maire d’Aurillac mais aussi tous ceux et toutes celles qui veulent échanger avec nous.

Par cette action, nous voulons faire parler de la jeunesse dans ce département et remettre au cœur du débat le fait que nous sommes l’avenir du Cantal et que nous aspirons à y travailler et à y vivre. Nous relayerons massivement et publiquement ces rencontres pour faire prendre conscience à notre génération que les choix politiques de nos élus impactent quotidiennement notre vie de tous les jours et qu’il est donc fondamental de ne pas bouder les urnes car notre avenir en dépend !

En 2016, les jeunes communistes du Cantal seront présents sur le terrain, encore une fois dans l’action avec les jeunes Cantaliens et Cantaliennes pour penser le changement et non pas changer le pansement !

Les adhérents du MCJF Cantal souhaitent à toutes et tous une excellente année 2016. Qu’elle soit solidaire, belle, rebelle et fraternelle.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.