Accueil
 
 
 
 

8 mars en actes !

8 mars en actes : pour l’égalité entres les femmes et les hommes

Le 8 mars, journée internationale de luttes des femmes pour conquérir l’égalité
est souvent transformée en une fête commerciale, louant la femme idéale…. Notre 8
mars est un jour de luttes, d’espoir pour conquérir l’égalité en actes dans tous les domaines
de la vie. Les nombreuses mobilisations des femmes ont permis de sérieuses avancées, des
lois ont été votées notamment en matière d’égalité professionnelle mais dans les
entreprises, dans la sphère domestique, dans les institutions, les femmes gardent un statut
subalterne.
 
Le patriarcat perdure y compris au plus haut niveau de l’État. Depuis 2012, de
Ministère de plein exercice, les droits des femmes sont passés à un secrétariat d’état ! Dans
le même temps, François Hollande a choisi de mener une politique qui, loin de relancer
l’emploi, instaure plus de précarité, de flexibilité et une hausse du chômage pour toutes et
tous, fragilisant encore davantage la situation des femmes.
 
Aujourd’hui, la journée du 8 mars revêt un caractère bien particulier car elle se
situe la veille de la grande mobilisation contre cette loi El Khomri. Elle doit donc aussi
contribuer à faire avancer les droits des femmes à l'entreprise pour faire gagner les
droits de toutes et de tous !
 
Occupant 80 % des contrats à temps partiel subi, l'exigence des femmes à
maîtriser leur temps de travail est aussi une exigence de progrès économique. Hélas,
le projet de la ministre du travail prétend à la fois faire disparaître le plancher des 24 heures
hebdomadaires, ne pas décompter les heures de travail au travers du dispositif « forfait-jour
», et allonger le temps de travail par la multiplication d'heures supplémentaires. A l’encontre
de ces mesures négatives pour les salarié-e-s comme pour l’emploi, nous voulons la
réduction du temps de travail à 32 heures hebdomadaires, le maintien intégral de la
majoration des heures supplémentaires et la fin de tout contrat à temps partiel subi.
 
En moyenne 28 % moins bien payées que leurs collègues masculins, les
femmes ont à coeur de voir le montant de leurs salaires répondre à des critères justes fixés
par la loi, en fonction du niveau de qualification et de l'expérience, et non des caprices
patronaux. Pour faire gagner l'égalité salariale entre les hommes et les femmes et conquérir
pour tou-te-s les salarié-e-s des salaires justes, nous voulons que la loi fixe les grilles
salariales minimales pour chaque niveau de qualification et d'ancienneté.
 
Les femmes savent combien il est essentiel, pour bien travailler, d'avoir les moyens
de défendre sa dignité et son intégrité, combien il est nécessaire de ne pas être sur un
siège éjectable pour faire respecter ses droits. Pour gagner partout des conditions de travail
dignes, nous voulons un CDI garantissant vraiment la sécurité de l'emploi comme
norme d'embauche.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.