Accueil
 
 
 
 

8 Novembre : la santé, notre bien commun !

Assez de souffrance des personnels hospitaliers !

Assez de renoncement aux soins et à la santé !

La politique libérale des gouvernements Hollande et Sarkozy, nous ont conduit depuis 10 ans, à une multiplication de fermetures de services et d’hôpitaux comme de maternités de proximité, et la démocratie en santé disparaît au profit des Agences Régionales de Santé. Dans le seul cadre de la Loi triennale de Financement de la Sécurité Sociale (LFSS) de 2016 à 2018, ce sont près de 20 000 emplois qui sont en train de disparaître.

L’organisation du temps de travail des personnels est soumis à la loi de la rentabilité financière, au mépris de la sécurité et de la qualité des soins, comme de la santé des soignants. Les maternités explosent, les urgences ne désemplissent pas, les lits de médecine sont occupés par des personnes de plus en plus dépendantes, la chirurgie ambulatoire est imposée aux patients quelle que soit leur situation personnelle, des déserts médicaux s’installent dans tous les territoires. Les secteurs du handicap et du médico-social subissent de front la réduction et la précarisation des équipes engendrant des situations dramatiques et préoccupantes dans ces établissements.

Toutes les enquêtes menées dénoncent une aggravation du renoncement aux soins, des dépassements d’honoraires généralisés, une diminution en généralistes (-8,4%) et dans des spécialités comme les anesthésistes, les ophtalmologistes, les pédiatres ou les gynécologues. Depuis Juillet 2016, le regroupement autoritaire des hôpitaux publics, avec les Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) aggrave la situation, avec la loi Touraine.

Pour la satisfaction des intérêts du MEDEF, on réduit les cotisations sociales et on baisse les dépenses publiques, notamment celles des Hôpitaux publics laissant le champ libre au secteur privé. En réalité, il s’agit de tenir l’objectif inscrit dans le « pacte de responsabilité » : atteindre 3,5 milliards d’économie d’ici 2018 sur les hôpitaux !

Et pourtant l’argent existe comme le montre les 50 milliards donnés au patronat dans le cadre du CICE, les 40 milliards d’exonération de cotisations sociales… alors que le chômage ne fait que progresser !

Le PCF s’engage pour une autre organisation de la Santé sur le territoire : abrogation des lois Bachelot et Touraine, suppression du numérus clausus et des quotas de formation, mise en place d’un moratoire sur les fermetures des hôpitaux, réforme du financement des hôpitaux avec la suppression de la tarification à l’acte, création d’un service public de l’autonomie pour les personnes agées.

La Fédération du Cantal du PCF, ses militants et ses élus se joignent à la mobilisation du 8 novembre à 14h30, devant l’ARS (13, place de la Paix) à Aurillac pour le droit à la santé pour toutes et tous.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.