Accueil
 
 
 
 

Soldes exceptionnels sur le personnel chez Mr Bricolage

Le groupe Mr Bricolage a annoncé mercredi la fermeture de dix-sept de ses magasins dont, à l’horizon mi-2017, celui d’Aurillac. Ces mesures se traduiront par le licenciement de 238 salariés dont 25 à Aurillac !

La direction du groupe ne cache pas ses objectifs :
- dans un communiqué, elle affirme que son plan stratégique intitulé "Rebond" (les salariés licenciés apprécieront) « lui donnera des marges de manœuvre supplémentaires pour investir, développer son activité et sa rentabilité »
- depuis son rachat à la famille Calvet il y a quelques années, le site d’Aurillac fait partie des magasins intégrés; autrement dit, il appartient à l’enseigne et les personnels sont salariés. Or, la direction choisit de se recentrer sur les franchisés afin de ne regrouper que des "adhérents-entrepreneurs". Mr Bricolage invente l’Uber-bricolage !

Pour rappel, en 2015, le groupe avait un résultat net de 9,6 millions d'euros et un bénéfice opérationnel de 21 millions, sur un chiffre d'affaires consolidé de 529,5 millions !

Après Lafa, Pyram, maintenant Mr Bricolage. Encore une fois, les salariés sont la variable d’ajustement au nom de la rentabilité financière !

Le Parti Communiste Français propose d’en finir avec les politiques d’austérité menées au nom de la « baisse du coût du travail ».

Au contraire, c’est le coût du capital (intérêts des emprunts, dividendes versés aux actionnaires) qui écrase les entreprises, particulièrement les PME, et pousse les multinationales à des choix destructeurs. C’est le coût du capital qui fait ainsi obstacle aux investissements créateurs d’emplois et d’efficacité économique, et pousse à un degré intolérable l’exploitation des travailleurs et le gaspillage des ressources naturelles !

Pour conquérir des pouvoirs sur le crédit bancaire, sur l’argent public donné aux entreprises, pour financer non pas des actionnaires sans contrepartie mais des programmes de création d’emplois et de formations qualifiantes, de recherche et d’innovation, le PCF met en débat une loi permettant de lutter contre la précarisation des emplois : licenciements, CDD, intérim, externalisations abusives (soustraitance et ubérisation).

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.