Accueil
 
 
 
 

Intervention de Sébastien PRAT au meeting de 1er tour de la liste "AURILLAC pour tous" (Mercredi 18 Mars 2014)

Madame, Monsieur, cher(e)s amis, cher(e)s camarades,

 

Enfin, nous y voilà ! Après des semaines et des semaines à les rencontrer et à débattre avec eux, les Aurillacois et Aurillacoises se prononceront dimanche pour l’avenir de leur ville.

Depuis près d’un an maintenant, les communistes Aurillacois sont pleinement engagés dans la campagne des municipales.

Nous avons rencontré la population, dans les luttes et manifestations, au fil des distributions et dans les réunions publiques. Nous avons travaillé collectivement, avec tous les citoyens, pour que chacun prenne sa place dans la politique locale afin de faire émerger un projet pour AURILLAC.

Nous voulions tous une victoire des idées de gauche dans notre ville face à une droite décomplexée et vexée par ces déroutes passées.  

 

Car la droite locale est revancharde et n'a qu'un seul mot à la bouche : réduction des impôts.

Derrière ce leitmotiv qui pourrait paraitre séduisant, se cache une volonté farouche : celle de réduire encore et partout les services publics, « patrimoine de ceux qui n'en ont pas » pour reprendre Jean JAURES.

Baisse des impôts, donc baisse des ressources pour notre ville.

Comment répondre alors aux besoins des populations avec moins de moyens ? Car ce que ne dit pas Monsieur MOINS, c'est qu'avec ce qu'il propose (5 % de réduction d'impôts) c'est combien de places en crèche en moins ?

C'est combien de logements sociaux en moins ?

C'est combien de personnels communaux supprimés qui ne travailleront plus à la mise en œuvre d'une solidarité active envers les populations ?

L’UMP aime à dire que la ville est en déclin, que 30 ans de socialisme, cela suffit ! A croire que la ville d’AURILLAC est gérée par des apparatchiks tout droit sorti des démocraties populaires d’Europe de l’Est du siècle dernier !

M.MOINS, vous nous dites que les jeunes partent, que l’emploi manque à AURILLAC.

Et pire ! Vous osez proclamer que la majorité sortante est responsable de ça.

Dois-je vous rappeler que la ville d’AURILLAC n’a pas supprimé un emploi dans ses effectifs ces 6 dernières années ?

Dois-je vous rappeler que la fermeture d’usines n’est pas due à des choix municipaux mais à l’avidité de certains patrons locaux de vouloir faire toujours plus de profit ?

Dois-je-vous rappeler les mesures d’accompagnement que la CABA à mises en place pour sauver l’emploi à ABEIL ?

Je suis sur que vous savez tout ça déjà mais l’envie est trop forte d’incriminer tout le temps les mêmes personnes alors que vous ne voulez pas voir la réalité des faits.

Cette réalité qui est toute simple pourtant.

Pendant près de 10 ans, vous avez soutenu une politique nationale qui a accumulée les cadeaux pour le patronat, qui a cassé le code du travail et dénigré les travailleurs !

Une politique nationale qui, à l’image de votre soutien et ancien député M.DESCOEUR, a voté toutes les lois du gouvernement SARKOZY.

Et vous nous dîtes à présent que vous vous inquiétez pour l’emploi ! Arrêtons la démagogie !

S’ajoute à cela, le vote du projet politique du Parlement de l’UMP de janvier dernier. Etrangement, la presse n’en a pas parlé et vous non plus d’ailleurs !

On en oublierait presque que vous êtes le secrétaire départemental de ce parti.

Mais on vous comprend quand on sait que ce projet (« Redressons la France »), approuvé par 91% des délégués, est d’une violence inédite !

Sans faire l’étalage de toutes les mesures libérales préconisées, retenons en simplement quelques unes… La cession de 5% du parc locatif, la fin des 35 heures, la réécriture du code du travail et l’allégement des contrôles fiscaux !

Et cerise sur le gâteau, quand l’Elysée actuel préconise 50 milliards d’économies en trois ans, l’UMP propose d’en faire 130 !

Imaginez-vous, si ce programme venait à être appliqué, les conséquences terribles que cela engendrerait sur une ville comme AURILLAC en termes de baisse des dotations publiques aux collectivités ! Ce serait pire que dans les 6 ans à venir…

Sachez bien que nous ne participerons pas à cette campagne de caniveau qui vise à faire au niveau local ce que vous-même vous voulez défaire au niveau national !

D’après vous, M.MOINS, l’insécurité est de plus en plus présente dans notre ville. Je cite « ça craint de sortir le soir dans certains quartiers d’AURILLAC ».

Mesdames, messieurs, nous habitons dans le Bronx !

Donner des armes à des policiers municipaux et installer des caméras de vidéosurveillance partout, comme vous le préconisez, est la réponse simpliste, brutale et disons-le imbécile aux problèmes de sécurité.

Cette recette, appliquée dans certaines villes de France, comme Nice ou Cannes, n’a jamais prouvé son efficacité. Au contraire même, cette politique axée exclusivement sur le tout répressif installe des climats de tensions entre les individus et encourage le repli et la méfiance vis-à-vis de l’autre.

Ne nous trompons pas d’adversaire ! La droite, c'est une attaque en règle contre les services publics à coups d'externalisation ou de privatisation, c'est la remise en cause de la solidarité en s'attaquant aux plus faibles qualifiés « d'assistés » (formule prononcée par Laurent WAUQUIEZ qui, je le rappelle, est venu soutenir M.MOINS).

La droite, c'est la dégradation du lien social entre les habitants en stigmatisant des quartiers et des populations.

La droite, c'est encore plus d'austérité, alors que l'on sait que le gouvernement prépare pour les années 2015, 2016 et 2017, une baisse drastique de 53 milliards d'euros des dépenses publiques, notamment de dotations aux collectivités.

 

Vous savez que les communistes ne partagent pas ce dogme établi de « baisse des dépenses publiques », comme ils ne partagent pas la feuille de route tracée par le gouvernement.

Mais nous sommes lucides et nous savons que nous ne réglerons pas, à gauche et notamment avec le Parti socialiste, nos désaccords nationaux à l’occasion de ces élections municipales. Nous resterons sur des positions différentes concernant la politique gouvernementale.

Mais si nous avons des désaccords avec le Parti socialiste, ceux-ci ne nous poussent pas à confondre la droite et la gauche.

Nous ne voulons pas attendre un changement de cap gouvernemental par le haut, au regard de la crise et de la souffrance sociale, nous décidons de nous mobiliser pour l’impulser par le bas.

Cela peut paraître contradictoire, voire paradoxal de vouloir agir contre les politiques d'austérité du gouvernement en étant rassemblées avec des partis qui soutiennent ce même gouvernement.

Mais réfléchissons un instant.

La liste d’union de la Gauche aurillacoise où se présentent des candidats communistes, fait de la défense, de la promotion et du développement des services publics un élément central de son programme.

Alors, poursuivons notre réflexion et cherchons la cohérence.

Que faut-il pour faire fonctionner ces services publics ? Des moyens financiers, c'est-à-dire de la dépense publique. Vous savez, cette dépense publique qu’à longueur de discours le gouvernement prétend qu'il faut diminuer pour nous désendetter.

Mais la dépense publique, ce sont des infirmières et des infirmiers pour nous soigner, ce sont des professeurs pour enseigner à nos enfants, ce sont des électriciens, des postiers, des cheminots, des policiers pour assurer notre sécurité.

Au niveau local, la dépense publique, elle permet le fonctionnement des crèches, des cantines scolaires, des maisons de retraite, elle est indispensable à la vie associative, elle permet l'accès au sport, à la culture, elle est essentielle pour aider ceux qui sont le plus en difficulté.

Cette dépense publique, elle permet de faire vivre une notion fondamentale dévolue aux services publics locaux : la solidarité.

Alors, qui sont les plus cohérents ? Ceux qui soutiennent, au niveau national, un gouvernement qui fait de la baisse de la dépense publique l'alpha et l'oméga de sa politique ou ceux qui exigent, au niveau local comme au niveau national, que l'on augmente la dépense publique pour répondre aux besoins et aux aspirations des populations.

C’est pourquoi, quand M.MATHONIER propose de ne pas augmenter les impôts locaux, nous disons oui !

Quand il propose de créer un grand réseau de chaleur avec chauffage au bois en centre ville, nous disons oui pour les créations d’emplois que cela va engendrer !

Quand il propose de maintenir l’aide aux associations de la ville, afin de maintenir et accroitre le lien social si cher à nos yeux, c’est encore un oui !

Quand il propose une offre de stationnement périphérique, nous disons oui et nous proposons d’aller plus loin et de créer une deuxième navette gratuite.

Quand il propose, pour la jeunesse, un conseil participatif, une amélioration de l’offre culturelle et sportive ainsi que des animations permanentes le mercredi après midi, c’est toujours un grand oui !

Et c'est donc en toute transparence et en toute conscience des enjeux, en considérant nos responsabilités pour les populations, et notre ambition de refondation de la gauche, que nous avons fait le choix de repartir avec la majorité sortante à Aurillac, et assurer la victoire de la gauche !

Nous sommes dans les majorités successives depuis des années.

Nous vous proposons de poursuivre, dans des conditions identiques, pour le bien de notre ville, de ses habitants, quel que soient leur situation personnelle ou leur lieu d’habitation sur le territoire communal.

Voilà toute la cohérence des candidats communistes durant cette campagne, avec une seule ambition, une seule boussole, une seule obsession : le besoin des populations.

 

Le Parti Communiste Français, c’est près de 10.000 élus locaux. C’est un groupe à l’Assemblée Nationale, un groupe au Sénat.

C’est le 3ième parti français en termes d’élus mais aussi en termes d’adhérents.

C’est une organisation au plus près des luttes sociales de notre pays et au plus près des citoyens en général. C’est une organisation rassembleuse pour le bien commun de chacun.

Ce n’est donc pas étonnant si nous accordons une attention toute particulière aux élections municipales. Car c’est un scrutin qui touche les gens dans leur vie quotidienne et c’est donc là, que notre engagement de communiste prend toute sa dimension.

Nous voulons faire de la politique au plus proche des populations, aux plus proches de leurs attentes.

L’histoire de notre organisation prouve que nous sommes capables de gérer et de cogérer des villes avec nos partenaires de la gauche, comme ici à AURILLAC.

Elle prouve aussi que partout où il y a des élus communistes, les citoyens sont entendus et défendus au cœur des décisions municipales.

Des élus du PCF à AURILLAC, c’est l’assurance d’un rejet de l’austérité locale, c’est la défense des services publics locaux, c’est une concertation avec tous les acteurs de la cité pour faire avancer et faire changer notre ville, et cela, tous ensemble.

Nous sommes utiles pour toutes et tous.

Utiles en étant vigilants pour défendre les services publics, utile pour faire entendre la voix des salariés et pour relayer dans les institutions les luttes sociales.

Utiles pour porter une autre vision de la politique, une autre façon de faire de la politique qui met la démocratie au cœur de notre action, qui permet l'intervention citoyenne dans la gestion de la cité.

Utiles en faisant en sorte que nos concitoyens ne soient plus seulement des spectateurs de l'action politique mais qu’ils en deviennent des acteurs.

C'est parce que les communistes portent des valeurs de partage, de solidarité, c'est parce qu'ils veulent être utiles aux Aurillacois et Aurillacoises qu'ils prennent leurs responsabilités dans cette liste.

 

Il nous reste 4 jours. 4 jours pour assurer la victoire finale.

Il est important de se mobiliser jusqu’aux derniers instants pour ne laisser aucune place à la droite à AURILLAC !

Notre liste, AURILLAC Pour Tous, est à l'opposé de celle de Jean-Antoine MOINS : authentiquement de gauche, résolument tourné vers la solidarité et la jeunesse.

Oui, les communistes s'engagent, avec des radicaux, des socialistes et des progressistes pour faire barrage à la droite !

Vous le voyez, « on n’a pas le même maillot, mais on a la même passion ».

Celle du rassemblement de toute la gauche, sur nos valeurs communes !

Dimanche prochain, faites confiance aux candidats investis par le Parti Communiste Français dans la liste « AURILLAC pour tous » conduite par Pierre MATHONIER.

Ensemble, mettons une bonne gauche à la droite,

Ensemble, construisons l'avenir,

Ensemble, redonnons l'espoir !

Merci

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.